Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Article

Six merveilles qui sont encore plus belles vues de l'ISS

Maître de conférences en mathématiques, Université de Dundee, docteur Miho Janvier

Imaginez voir les lumières des villes s'étendre autour du delta du Nil, et moins d'une heure après, contempler le mont Everest. Les astronautes de la Station Spatiale Internationale (ISS) sont parmi les rares chanceux qui auront l'occasion de vivre cette expérience émouvante et unique de voir la beauté de la Terre depuis l'espace.

L'ISS n'offre pas seulement des vues spectaculaires et infinies des paysages naturels et artificiels de notre planète. Il plonge également ses habitants dans l'environnement spatial de la Terre et révèle le dynamisme de son atmosphère, depuis les couches inférieures jusqu’à son bouclier magnétique protecteur, constamment balayé par le vent solaire.

Le meilleur point de vue est la Coupole, un module d'observation fixé à l'ISS en 2010 et comprenant sept fenêtres. Alors, quelles sont les merveilles que l'on peut voir depuis la station spatiale ?

1. Les tempêtes et les éclairs

 

Lorsque l'ISS orbite au-dessus d'une mer de nuages d’orage, il n'est pas rare que les astronautes voient une quantité impressionnante d'éclairs. Ce qui est inhabituel, cependant, c'est de voir des sprites fulgurants, comme l’ont observé le 10 août des astronautes à bord de la station spatiale.

 

Le 10 août 2015, les astronautes de l'ISS ont repéré un sprite (la structure rouge ressemblant à une méduse sur la droite de l'image) apparaissant au-dessus des nuages d’orage. NASA

Les sprites sont des décharges électriques, semblables aux éclairs. Cependant, au lieu de se produire dans la couche inférieure de l'atmosphère terrestre, ces décharges très rapides, de couleur rouge (en raison de l'azote présent à cette altitude), se produisent beaucoup plus haut et sont donc difficiles à observer depuis le sol.

2. Les levers et les couchers de soleil

 

Coucher de soleil sur l'océan Indien. NASA/ESA/G Bacon

Comme  l'ISS effectue une rotation autour de la Terre toutes les 90 minutes, les astronautes peuvent voir le soleil se lever et se coucher environ 16 fois par 24 heures. Les vues spectaculaires de la station montrent un horizon arc-en-ciel lorsque le soleil apparaît et disparaît au-delà de l'horizon.

Les jours s'écoulent à toute allure

Les changements de couleur sont dus à l'angle des rayons solaires et à leur diffusion dans l'atmosphère terrestre. Si l'on peut voir des vues similaires depuis la Terre, voir notre planète illuminée par le soleil levant ajoute certainement à l'intensité de l'image.

3. Les étoiles et la voie lactée

Observations étonnantes d'objets astronomiques éloignés vus de la navette spatiale.

Depuis le sol, les conditions atmosphériques et la pollution lumineuse affectent notre capacité à voir les étoiles et les autres corps célestes. Au fur et à mesure que la lumière traverse les couches d'air chaud et d'air froid, la courbure de ses rayons donne une image vacillante de ces objets éloignés, tandis que les particules atmosphériques comme la poussière empêchent de voir des objets plus faiblement éclairés comme les nébuleuses et les galaxies. L'absence d'atmosphère à l'altitude orbitale de l'ISS permet aux résidents de la station spatiale de voir les étoiles, la voie lactée et d'autres particularités astronomiques avec beaucoup plus de clarté que sur Terre.

4. Les pluies de météorites

 

La désintégration d'une météorite des Perséides photographiée en août 2011 depuis l'ISS. NASA

Les astronautes à bord de l'ISS peuvent également observer la désintégration des météorites dans l'atmosphère terrestre. Ces petits corps sont des fragments de corps célestes comme les astéroïdes et les comètes. Lorsqu'ils pénètrent à grande vitesse dans l'atmosphère terrestre, la chaleur due à l'interaction du corps avec l'air les détruit rapidement. Alors que la chance de les voir du sol dépend en grande partie des conditions météorologiques, être à bord de l'ISS vous garantit une place de choix pour observer ces étoiles filantes qui s'enflamment dans le ciel de notre planète.

5. Les aurores

 

Aussi appelées aurores boréales et australes, les aurores polaires sont créées lorsque des tempêtes solaires, constituées de grands nuages aimantés de particules énergétiques lancées par le soleil, ou de vents solaires forts, interagissent avec le bouclier magnétique de la Terre. En cas de collision avec la Terre, ces flux solaires stimulent les particules à l'intérieur du bouclier magnétique de la planète.

Images accélérées montrant le passage de l'ISS au-dessus des aurores polaires

Lorsqu'elles pénètrent dans la couche supérieure de l'atmosphère terrestre, ces particules énergétiques excitent les atomes d'azote et d'oxygène présents à ces altitudes. Lorsqu'ils reviennent de leur état excité, ces atomes émettent de la lumière de différentes couleurs indiquant la quantité d'énergie qu'ils ont absorbée. Ceci produit typiquement des traînées vertes et rouges.

6. Les rayons cosmiques

Les rayons cosmiques galactiques ne sont pas vraiment un phénomène que vous pouvez voir. Ces particules subatomiques énergétiques proviennent de sources astronomiques intenses, comme les étoiles qui explosent ou les trous noirs. S'ils passent dans un corps, ils peuvent endommager les tissus et rompre l'ADN, causant diverses maladies au fil du temps.

La plupart des rayons cosmiques ne pénètrent pas dans l'atmosphère épaisse de la Terre. Comme l'ISS est située à l'extérieur de cette zone protégée, ses astronautes sont beaucoup plus susceptibles d'être frappés par les particules. Les astronautes voient régulièrement des éclairs de lumière lorsqu'ils ferment les yeux, ce que l'on croit être causé par les rayons cosmiques qui interagissent avec les parties du corps qui jouent un rôle dans la vision, comme le nerf optique ou les centres visuels du cerveau.

Les tempêtes solaires, qui ont une forte structure magnétique, agissent comme un bouclier contre les rayons cosmiques. Les astronautes à bord de l'ISS peuvent observer indirectement le passage d'une tempête solaire sur la Terre par une baisse du nombre de rayons cosmiques, également connue sous le nom « d’effet Forbush ». Quelle sensation ce doit être de sentir une tempête qui passe à côté du système terrestre !

Source : The Conversation