Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Article

La science est-elle toujours la meilleure amie de l'environnement ?

Dr. Bastiaan Rutjens

Vous voulez que les gens se soucient de l'environnement ? N'abusez pas du pouvoir de la science

Lorsqu'on présente aux gens les progrès scientifiques fulgurants, ils sont moins enclins à adopter des comportements respectueux de l'environnement. C'est la conclusion d'une série d'expériences au cours desquelles on a présenté aux élèves un court article de journal sur les réalisations scientifiques et les perspectives d'avenir.

L'article a été décliné en deux versions. Les participants à l’expérience « progrès » lisent une vision résolument positive, louant les progrès médicaux et les nouvelles technologies pour lutter contre le changement climatique. Dans l’expérience « discréditer le progrès », l'article soulignait les limites des solutions technologiques aux problèmes environnementaux et combien les maladies comme le cancer restaient intraitables. Parmi plus d'une centaine d'étudiants de l'Université d'Amsterdam, ceux qui ont lu l'article pessimiste ont par la suite davantage souscrit à l'idée que « nos vies soient régies par le hasard ».

Les chercheurs Marijn Meijers et Bastiaan Rutjens affirment que cette attitude a des conséquences sur notre comportement. Nous nous détendons quand le monde semble bien ordonné et l'avenir prévisible, que ce soit grâce à nos propres efforts ou parce que nous croyons que les autres peuvent gérer les choses. Ces autres peuvent être la famille, le gouvernement ou Dieu ; et selon cette nouvelle étude, le « progrès scientifique » s’ajoute maintenant à la liste.

Dans une autre expérience avec davantage de participants, ceux qui ont lu l'article sur le progrès scientifique ont montré moins d'intentions favorables à l'environnement que ceux qui se trouvaient dans une situation pessimiste, se montrant d'accord avec des affirmations telles que « Je crois que le tri des déchets est inutile ».

D’autres participants encore ont été confrontés à des choix hypothétiques. Dans ce cas, les étudiants qui ont lu des articles sur les progrès scientifiques ont choisi de dépenser moins d'argent pour équiper des usines de filtres à air et étaient moins enclins à choisir des produits bio lorsqu'ils faisaient leurs courses (bien que la différence pour ce dernier résultat reste marginale).

 « Si les autres font quelque chose, je n'ai pas à le faire » est une posture paresseuse dans la plupart des situations, mais elle est particulièrement erronée quand il s’agit de la préservation de notre environnement. La science ne peut pas pallier complètement aux crises environnementales en cours, alors nous devons être prêts à agir, que ce soit par les habitudes quotidiennes d'efficacité énergétique ou par des décisions ponctuelles comme investir dans une maison loin d'une plaine inondable. Pour ce faire, les scientifiques devraient se garder de présenter la science comme une force imbattable et, au lieu de cela, souligner la vérité :  c’est un processus d’enquête qui ne fait aucune promesse.

Source : The British Psychological Society