Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Santé

Développement de nouveaux antibiotiques contre la pharmacorésistance multiple des bactéries : facteur d’élongation P et mécanisme de virulence

Agata starosta

Nationality German

Year of selection 2012

Institution Ludwig-Maximilians-Universität München

Country Germany

Risk Santé

Post-Doctoral Fellowship

2 years

120000 €

De la maladie d’enfance aux antibiotiques innovants

Lorsqu’elle avait huit ans, Agata a été hospitalisée plus de six mois pour combattre une maladie bactérienne. Les antibiotiques classiques étant inefficaces, la petite fille a finalement pu guérir grâce aux essais cliniques d’un nouveau médicament. Aujourd’hui, Agata Starosta a décidé de combattre un problème qui prend de plus en plus d’ampleur dans notre société : la résistance aux antibiotiques. En effet, un nombre croissant de bactéries pathogènes mutent pour contourner nos défenses principales et parviennent ainsi à résister à aux antibiotiques les plus usités. Il est donc plus qu’urgent de trouver de nouvelles stratégies de défense. Plutôt que de chercher à interrompre les fonctions de base des bactéries, ce qui se fait habituellement et affecte aussi bien les bonnes bactéries que les mauvaises, Dr. Starosta souhaite bloquer ce qui permet aux bactéries nocives de se propager dans le corps.
La chercheuse s’intéresse en particulier à un facteur appelé EF-P, qui aide à construire des protéines et est indispensable à nos ennemis microscopiques pour nous rendre malades. Il s’avère que toutes les bactéries contiennent EF-P, mais le facteur diffère selon les espèces. En d’autres termes, de nouveaux antibiotiques pourraient être créés pour bloquer spécifiquement la tuberculose, la méningite ou d’autres maladies bactériennes, sans pour autant perturber les bactéries saines telles que celles du système digestif. Les recherches qu’Agata Starosta a menées jusqu’alors ont révélé les détails cruciaux sur EF-P : comment il est produit et comment il agit à l’intérieur des cellules bactériennes. Ces informations pourraient permettre le développement de nouveaux antibiotiques car ce sont ces étapes sous-jacentes de l’infection bactérienne que ciblent les chercheurs. En nous aidant à garder une longueur d’avance sur les bactéries pathogènes, la recherche d’Agata pourrait permettre de raccourcir les temps d’hospitalisation, réduire les effets secondaires des traitements et même potentiellement guérir des infections létales, comme ce fut le cas pour elle par le passé.

Un angle nouveau pour les antibiotiques

La chasse aux nouveaux antibiotiques a besoin de changer de cibles. Plutôt que de tenter de neutraliser les fonctions de base des bactéries, Agata Starosta espère pouvoir bloquer leur virulence, c'est à dire leur capacité à provoquer des maladies. Son laboratoire est à l'origine de la découverte d'une protéine responsable du caractère pathogène de nombreuses bactéries. En étudiant en détails les étapes de ce processus, la structure de ce nouveau facteur ainsi que la façon dont il agit avec d'autres molécules, Agata Starosta pourrait élaborer les fondements d'un nouveau traitement qui attaquerait ces pathogènes selon un angle différent.

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com