Nouvelles technologies

Une révolution quantique dans la sécurité des données

Antonio acin dal maschio

Nationality Spanish

Year of selection 2015

Institution ICFO - The Institute of Photonic Sciences

Country Spain

Risk Nouvelles technologies

Chairs

25 years

1700000 €

À mesure que nous devenons de plus en plus « hyperconnectés », nos téléphones et ordinateurs portables, eux, sont de plus en plus petits. Il en va de même pour les équipements qui assurent la protection de toutes les données échangées d'un bout à l'autre de la planète. À l’échelle la plus infinitésimale, celle où l’information est acheminée par des atomes, voire par des particules subatomiques, cette miniaturisation est telle que le système ne répond plus aux lois traditionnelles de la physique. Le Professeur Antonio Acín fait partie des chercheurs qui tirent profit des règles propres à ce monde quantique pour protéger nos données de toute attaque, en développant des systèmes sans équivalent en physique classique.

Les recherches du Professeur Antonio Acín s’inscrivent dans le cadre du changement de paradigme qui s’opère actuellement dans le domaine de la protection des données. Les systèmes utilisés aujourd’hui reposent sur la notion de sécurité calculatoire, qui tire son nom de l'idée qu’un tiers qui aurait intercepté vos données (transmises sous forme de bits ordinaires) devrait effectuer un calcul mathématique extrêmement complexe, mais néanmoins réalisable, pour les décoder. Les nouveaux systèmes dits de cryptographie quantique, eux, sont différents. L’information y est transmise sous la forme de particules quantiques, comme des photons, et la sécurité qu’elles procurent est de nature physique. Pirater un tel système demanderait donc d'enfreindre les lois de la physique quantique... Chose actuellement considérée impossible par la communauté scientifique.

Une mise en œuvre adéquate des équipements est toutefois nécessaire pour les protéger de toute attaque. Actuellement, l’utilisateur n'a d'autre choix que de faire confiance au fabricant qui affirme avoir réussi à créer des particules quantiques aux qualités spécifiées. Si en réalité le fabricant échoue, alors son système est susceptible d'être piraté. Par son approche innovante remédiant à cette faille de sécurité, le Professeur Acín fait figure de pionnier. Il développe des appareils dont le bon fonctionnement peut être vérifié de manière indépendante par l’utilisateur. Ceci repose sur le phénomène connu sous le nom d’« intrication quantique », qu’il compare à une paire de dés corrélés : si le résultat du lancer d’un dé est bien-sûr totalement aléatoire, le second dé « corrélé », lui, s’adapte, et présente un résultat toujours identique au premier. Deux particules intriquées situées à chaque extrémité d’une transmission sécurisée se comportent de la même manière que ces dés. « C'est justement cette corrélation que l'on pourrait vérifier par soi-même », explique le Professeur Acín à propos de son système révolutionnaire. « Une fois le test réussi, on sait que la transmission est sûre, car la physique quantique garantit que les résultats sont bel et bien le produit du hasard. Et c’est la raison pour laquelle aucune personne mal intentionnée n’est capable de les prévoir. »

En créant des systèmes qui ne dépendent pas des équipements utilisés et dont la sécurité ne repose pas sur des détails de fabrication, le Professeur Acín a la conviction qu’il est possible de se libérer de ce talon d’Achille qui est la cible des pirates informatiques. Face aux risques sociétaux considérables associés à la confidentialité des données, la physique quantique a donc le potentiel de révolutionner la sécurité informatique. Des travaux tels que ceux d’Antonio Acín ouvrent la voie à cet égard.

Titre scientifique : La cryptographie quantique au service de la sécurisation de l’information

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com