Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Environnement

Paléosismologie et étude du cycle sismique et du couplage tectonique de la zone de subduction des Petites Antilles à partir des micro-atolls coralliens

Belle philibosian

Nationality French

Year of selection 2012

Institution Institut de Physique du Globe de Paris

Country France

Risk Environnement

Post-Doctoral Fellowship

2 years

120000 €

Conflits entre plaques tectoniques, le corail témoigne

Des séismes violents ont secoué la Terre depuis des temps immémoriaux. Aujourd’hui, ils présentent cependant une menace plus importante que jamais en raison de la hausse de la population, qui met plus de personnes en danger en cas de tremblements. Belle Philibosian porte une attention plus que nécessaire à la région à risques qui comprend les îles des Petites Antilles. A cet endroit, les plaques de la croûte terrestre d’Amérique du Nord et du Sud glissent sous la croûte caribéenne dans un type d’interaction, appelé « subduction ». Ce phénomène est à l‘origine des séismes les plus violents de la planète et des tsunamis qui les accompagnent. Afin d’évaluer les risques de séismes dans la région, il est nécessaire de connaître l’historique de ceux-ci. La chercheuse remonte donc le temps grâce à un partenaire inattendu : le corail marin. En effet, un séisme violent peut modifier la topographie et soulever des zones anciennement submergées au-dessus de la surface océanique. Les vestiges de colonies de corail sur terre sèche sont les témoins de violents mouvements de plaques terrestres qui remontent à des centaines, voire des milliers d’années.
Des changements moins extrêmes peuvent s’observer grâce aux micro-atolls, des colonies de corail qui continuent de croître horizontalement sous la surface de l’eau même si leur partie supérieure est morte et exposée à l’air. Il s’agit de vestiges naturels des différents changements du niveau de la mer, qui reflètent à leur tour les déformations de la surface de la Terre dues à la rencontre tumultueuse entre deux plaques. Les résultats de Belle Philibosian montrent qu’un tel phénomène a actuellement lieu dans les Petites Antilles et que la pression s’intensifie jusqu’à ce qu’un futur séisme ait lieu. Ses conclusions actuelles coïncident avec l’idée qu’un séisme majeur ayant eu lieu en 1843 serait lié en profondeur à la rencontre entre les deux plaques. Grâce à de telles informations qui lui permettent de caractériser l’activité terrestre dans la région, la chercheuse entend produire des modèles capables d’estimer le risque de séisme, ainsi que le lieu et la taille des futurs tremblements. Les conséquences catastrophiques de tels événements, à l’image de ceux qui sont survenus ces dernières années entre le Japon et Sumatra, rendent on-ne-peut-plus claires la portée de cette recherche.

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com