Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Socio-Economie

Comprendre le comportement dynamique et irrationnel des investisseurs pour mieux faire face aux risques financiers

Bernard dumas

Nationality French

Year of selection 2015

Institution Università degli Studi di Torino

Country Italy

Risk Socio-Economie

Chairs

10 years

800000 €

Le philosophe Jean-Paul Sartre déclarait : « l'enfer, c'est les autres ». Et s’il en était de même pour les risques financiers ? Pour le Professeur Bernard Dumas, ce facteur est souvent négligé : « Je suis convaincu que le cours de la bourse fluctue plus que ne peuvent le justifier les seuls aléas de l'économie», dit-il. « Il existe un risque généré par l'intervention des autres personnes sur le marché. » Par leurs décisions parfois irrationnelles, les personnes génèrent des risques pour les autres investisseurs. En s’appuyant sur des méthodes empiriques, le Professeur Dumas s'attachera à décrire ces caractéristiques du marché, qui sont autant d'« imperfections » créant de l’incertitude pour les investisseurs. Associés aux modèles innovants que développe le Professeur Dumas, capables de représenter le comportement dynamique des agents individuels, ces travaux pourraient amener un équilibre souhaitable sur les marchés financiers.

Les frictions représentées par le Professeur Dumas dans sa nouvelle méthode de modélisation des marchés sont alimentées par plusieurs facteurs. Par exemple, tous les risques encourus ne peuvent pas être pris en compte sous la forme de produits financiers. Considéré comme incomplet, un marché de ce type renforcerait les autres risques en jeu. De plus, les opérations de marché ayant un coût, les investisseurs sont à la recherche d'un certain équilibre : si les coûts de transaction sont trop élevés sur une certaine plateforme de négociation, les agents ne concluront pas leur opération. Et pourtant, une personne peut tout simplement manquer une occasion intéressante par manque d'attention. Si prédire le comportement des investisseurs est rendu difficile par de telles inconnues et motivations fluctuantes, cet élément essentiel doit être pris en compte pour mieux aborder le marché dans son ensemble.

Il existe aussi des risques dus au fait qu'une population hétérogène d'investisseurs réagit à des signaux différents. Certains peuvent mal interpréter un signal du marché, et par exemple réagir de manière excessive à un signal positif et s'engouffrer dans une action irrationnelle, avec pour effet d'augmenter les cours pour tous les investisseurs. D'autres peuvent tout simplement réagir à des signaux tout à fait différents. La spéculation fondée sur les opinions variées d'une population diverse n'est pas sans conséquences, comme par exemple un changement dans les investissements des entreprises. Le Professeur Dumas s'attache à mesurer l'impact de ces facteurs sur la croissance économique. La plus grande question consistera à savoir comment les régulateurs peuvent réduire les effets négatifs de cette spéculation sans avoir des répercussions sur l'ensemble de l'économie. Pour permettre à un gouvernement de tenter de réguler et limiter les risques de volatilité des marchés, il est d'abord nécessaire d'en comprendre les causes.

Comme le souligne le Professeur Dumas, certaines questions essentielles n'étaient pas posées en 2007, à la veille de la crise économique : qui sont les agents avec qui sont conclues les transactions ? Pourquoi adoptent-ils tel comportement, et agissent-ils de manière rationnelle ? À travers une prise en compte exhaustive de la diversité au sein même de la population concernée, son approche innovante du problème contribuera à la mise au point de modèles plus vastes et dynamiques de l'équilibre des marchés financiers. Cette contribution aux outils économiques pourrait non seulement avoir des implications pour les régulateurs, mais également mener à des applications dans de nombreux domaines associés aux marchés boursiers, comme les défauts de paiement, les taux de crédit, les retraites, l'immobilier, ou le marché du travail. Le Professeur Dumas pense que dans un avenir proche, nous pourrions consacrer autant de ressources informatiques à la modélisation des marchés financiers que nous en consacrons aujourd'hui aux sciences du climat. Ce projet contribuera à ce que le Professeur Dumas et ses homologues puissent atteindre cet objectif, en alliant connaissances et outils innovants mis à la disposition de tous.

Titre scientifique : Chaire AXA « Risques sociaux-économiques des marchés financiers

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com