Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Environnement

Espèces invasives marines et changement climatique

Christine maggs

Nationality Irish

Year of selection 2008

Institution Queen’s University Belfast

Country Ireland

Risk Environnement

AXA Projects

3 years

350000 €

Prêt à affronter l'ennemi

La survie du plus adapté ! C’est ce que nous enseigne la théorie de l’évolution. Cependant, savez-vous que ce principe pourrait déboucher sur des guerres sans merci dans le monde marin ? La prolifération d’espèces marines invasives dans de nouvelles zones géographiques est un phénomène qui se généralise et prend de l’ampleur, menaçant la capacité des espèces indigènes à affronter les dérives génétiques. À cette nouvelle faiblesse s’ajoute l’accroissement du transport humain sur les océans, qui contribue à multiplier les voies de propagation et les points d’entrée pour les espèces allochtones et pour l’invasion biologique. Ce phénomène entraîne inévitablement de graves problèmes économiques, et l’invasion d’espèces allochtones est la deuxième cause du recul de la biodiversité mondiale.
Mme le professeur Christine Magg, qui dirige actuellement l’École des sciences biologiques de l’Université Queen’s de Belfast, vise à dégager des données nombreuses et pertinentes sur l’état des invasions marines sur le littoral européen, en vue d’identifier et de suivre les effets du changement climatique et de la pression anthropique sur les dynamiques des écosystèmes marins côtiers. Face au rythme alarmant des invasions d’espèces allochtones observées ces dernières années, l’initiative de Christine Magg est une réponse innovante à la diminution de la biodiversité, car elle réunit parties prenantes, chercheurs et décideurs dans un consortium multidisciplinaire européen. De fait, la stratégie de la scientifique, ensuite renforcée par des collaborations avec des organismes de recherche espagnols, français et britanniques, parvient à combiner des approches descendantes (fondées sur la théorie écologique) et ascendantes (collecte de séries de données nouvelles et historiques sur l’invasion) dans une optique d’ajustement à un modèle double. Cette méthode facilite la comparaison entre différentes espèces envahissantes, avec des applications potentielles pour gérer les invasions et prendre des mesures.
Les résultats des travaux de Christine Magg peuvent alléger la menace d’une baisse de la biodiversité marine ; ils peuvent aussi s’avérer cruciaux pour élaborer des directives de gestion conformes à la Stratégie européenne relative aux espèces exotiques envahissantes, qui vise à préserver la biodiversité.

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com