Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Socio-Economie

Les choix des femmes enceintes face au diagnostic prénatal de la trisomie 21 (amniocentèse)

Clémentine garrouste

Nationality French

Year of selection 2008

Institution Paris School of Economics (PSE)

Country France

Risk Socio-Economie

Ph.D

3 years

119958 €

Comment les futures mères pondèrent les risques liés à l’amniocentèse

L’amniocentèse permet de savoir si l’enfant à naître sera atteint de trisomie 21 mais peut entraîner une fausse couche. Clémentine Garrouste observe comment les femmes enceintes font face à ce dilemme, entre le risque de faire naître un enfant atteint du syndrome de Down et celui de perdre un enfant en bonne santé.

Biographie
Mon intérêt pour l’économie de la santé voit le jour il y a quatre ans quand je rédige un mémoire de master sur les conséquences du lien entre le vaccin contre l’hépatite B et la sclérose en plaques sur le comportement de sujets français. Je travaille ensuite comme stagiaire au sein de l’Unité des statistiques et indicateurs territoriaux de l’OCDE pour étudier les inégalités sanitaires entre les pays-membres de l’organisation. En 2007, un stage auprès de la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques du ministère des Affaires sociales et de la Santé), se solde par la publication d’un article*. Pendant ma dernière année d’études à l’ENSAE (École Nationale de la Statistique et de l’Administration Économique), parallèlement à mon master à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, je me découvre un intérêt pour les facteurs qui poussent les femmes enceintes à effectuer une amniocentèse. Ces expériences me poussent donc logiquement à orienter ma thèse vers un sujet mariant santé et économie, deux champs qui m’intéressent particulièrement. En octobre 2008, j’entame alors une thèse intitulée « Comportements individuels en matière de vaccination et de lutte contre les épidémies », financée par le Fonds AXA pour la Recherche, sous la direction de Pierre-Yves Geoffard.

Recherches

Mes recherches commencent par le constat que la lutte contre les épidémies est un enjeu majeur de la politique sanitaire. Le bien-être des populations dépend de l’existence d’un système de santé qui permet à chacun de se protéger contre les maladies infectieuses à travers la vaccination. Cependant, l’un des principaux problèmes des stratégies de vaccination est la présence d’individus réfractaires à la vaccination, même quand le risque d’effets indésirables liés au vaccin est bien inférieur à celui de contracter la maladie s’ils ne sont pas vaccinés. Il est donc essentiel d’analyser les comportements de vaccination individuels pour élaborer des stratégies de mise en œuvre des mesures de lutte contre les épidémies. Ma thèse de doctorat porte plus spécifiquement sur les décisions des parents en matière de vaccination de leurs enfants, qui constitue un processus de prise de décision déléguée. J’aurai recours à des modèles issus de la théorie des jeux et à des notions d’économie comportementale pour analyser ce comportement de vaccination des enfants. Enfin, étant donné que les décisions individuelles de faire vacciner ou non contre les maladies infectieuses ont des retombées collectives, j’essayerai de concevoir des modèles qui reproduisent l’expansion d’une épidémie en fonction des comportements individuels en matière de vaccination.

Bourse AXA

J’ai absolument besoin du soutien du Fonds AXA pour la Recherche pour financer mes travaux. De plus, la bourse AXA est très généreuse comparée à d’autres aides destinées aux doctorants.

* FERRETTI C., GARROUSTE C., Les sept premières années de carrière des infirmiers diplômés en 1998, Etudes et Résultats, n°671, novembre 2008.

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com