Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Santé

Nouveaux espoirs pour les insomniaques

Enzo tagliazucchi

Nationality German

Year of selection 2015

Institution Netherlands Institute for Neuroscience

Country Netherlands

Risk Santé

Post-Doctoral Fellowship

2 years

120000 €

Si, chaque soir, vous tentez désespérément de vous endormir en vous livrant au rituel du comptage des moutons, sans doute souffrez-vous d’insomnie primaire. Or, on sait qu’un sommeil de courte durée ou de mauvaise qualité a des effets délétères sur la santé physique et mentale. D’abord, parce qu’il favorise les comportements nocifs et impulsifs. Ensuite, parce qu’il multiplie les risques de survenue d’accidents, de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2, d’obésité, de dépression, d’accident vasculaire, de cancer, de trouble cognitif et de démence. Sans compter qu’il est la cause de dépenses de santé et d’absentéisme professionnel chroniques. Améliorer le sommeil est donc un impératif sanitaire, notamment dans les sociétés modernes industrialisées. Les mécanismes cérébraux en cause dans les problèmes d’insomnie étant toutefois méconnus, Enzo Tagliazzucchi s’est donné pour ambition d’identifier la région du cerveau qui dysfonctionne chez les insomniaques.
À partir de données recueillies auprès d’une vaste cohorte de patients composée de « mauvais » et de « bons » dormeurs, le chercheur étudiera les mécanismes qui empêchent le cerveau de passer de l’état de veille à un état de sommeil récupérateur. Les patients volontaires fourniront des informations sur leur qualité de sommeil en renseignant un questionnaire en ligne sur une plateforme web (le Registre néerlandais du sommeil) qui servira de base de données au chercheur. Ces informations seront combinées à des données recueillies par d’autres techniques de psychologie et de neuro-imagerie, comme l’électrophysiologie et l’IRM fonctionnelle, lesquelles n’avaient à ce jour jamais été utilisées pour comprendre l’étiologie anatomique et fonctionnelle des troubles du sommeil.
Les conclusions de Tagliazucchi serviront à définir différents profils de dormeurs et à déterminer leurs risques de développer des troubles connexes comme la dépression. Ses résultats pourraient servir de base solide à la conception de traitements pharmacologiques ciblés, ainsi qu’à la formulation de recommandations sur les comportements permettant d’améliorer la qualité du sommeil, l’objectif à terme étant de prévenir les comportements à risque et impulsifs incompatibles avec une bonne hygiène de vie. Enfin, en clarifiant les causes et les conséquences de l’insomnie, ses recherches pourraient permettre d’optimiser la mise en œuvre et l’évaluation de politiques d’amélioration du sommeil dont tireraient profit de nombreux acteurs, des pouvoirs publics aux entreprises privées en passant par les organismes et les professionnels de santé.

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com