Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Santé

Combattre la dépendance avec une nouvelle approche contre les anomalies liées à la protéine TAU en cas de démence

Etienne baulieu

Nationality French

Year of selection 2010

Institution INSERM

Country France

Risk Santé

AXA Projects

2 years

373000 €

Combattre démence et dépendance

Aujourd'hui, l'espérance de vie est plus longue qu'elle ne l'a jamais été. À bien des égards ceci est plutôt une bonne nouvelle, mais le vieillissement de la population contribue également à la hausse significative du risque de développer des maladies liées à l'âge, comme la maladie d'Alzheimer. Une protéine du cerveau, appelée Tau, est reconnue comme étant impliquée dans plusieurs formes de démence. Sous sa forme anormale, la protéine interfère avec le fonctionnement habituel des neurones et finit par les détruire.
C'est pour cette raison que la protéine Tau semble être d’une aide précieuse, non seulement pour la détection des risques liés aux maladies comme celle d'Alzheimer, mais peut-être aussi pour l'élaboration de traitements. L'équipe d’Étienne Baulieu a déjà découvert que lorsque la protéine Tau anormale cause des problèmes dans le cerveau, elle interagit également avec une protéine en particulier. Les scientifiques suspectent cette association d'être à l'origine de ce type de maladies.
Cette interaction pourrait-elle cependant être contrôlée ou altérée ? Serait-il possible de ralentir le développement de la maladie d'Alzheimer ? Dans de précédentes études, le type de médicament utilisé pour modifier le mode d’interaction de cette protéine a déjà prouvé son efficacité à protéger les neurones. Puisque « l'acolyte » de la protéine Tau se retrouve partout dans le cerveau, cette découverte prometteuse pourrait aider au développement de thérapies adaptées à certaines maladies neurodégénératives.
Comme le savent bien les chercheurs et les familles des patients atteints de démence, ce type de maladie s'aggrave avec le temps selon un processus qui peut durer de cinq à quinze ans. Pour Étienne Baulieu, cette période représente une fenêtre d'opportunité pendant laquelle il est possible de combattre l'apparition de maladies liées à la protéine Tau, avec une approche complètement novatrice.
Cibler les interactions entre les deux protéines pourrait permettre aux chercheurs de trouver un moyen de ralentir le développement de symptômes, en plus de fournir un indicateur précoce des risques individuels de développement de ce type de démence. Pour atteindre ces objectifs, il est d'abord nécessaire de comprendre très clairement la façon dont ces protéines interagissent à plusieurs niveaux.
D’ici la fin du siècle, certains chercheurs estiment que près de la moitié de la population aura atteint l'âge de cent ans et sera d'autant plus susceptible de souffrir de maladies liées au vieillissement. Les conséquences de la dépendance liée aux maladies de type démence sont une épreuve douloureuse pour les patients, leurs familles, ainsi que la société. Le projet coordonné par Étienne Baulieu a pour objectif l'usage d'une approche novatrice pour prédire le développement de la maladie et retarder voire éviter l'apparition des symptômes les plus dévastateurs.

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com