Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Socio-Economie

La hiérarchie a-t-elle une influence sur votre comportement dans des situations à risques ?

Eve fabre

Nationality French

Year of selection 2017

Institution ISAE-Supaero, Toulouse

Country France

Risk Socio-Economie

Post-Doctoral Fellowship

2 years

130000 €

Et si la hiérarchie était un obstacle à une prise de décision efficace ? À l’intérieur d’un cockpit, par exemple, le lien hiérarchique entre un pilote et un copilote a-t-il un impact sur la prise de risque ? « La hiérarchie est un principe fondamental de notre organisation sociale, pourtant son impact sur la prise de risque n’a jamais fait l’objet d’aucune étude et n’a jamais été démontré », relève le Dr Eve Fabre, experte en neurosciences et psychologie cognitive. Pour combler ce manque de connaissances, la chercheuse a pour ambition d’étudier l’impact de la hiérarchie sur la prise de risque, notamment dans le domaine de l’aéronautique, et plus précisément dans le cockpit. Son objectif est d’améliorer notre compréhension des comportements liés à l’autorité et susceptibles de compromettre la sécurité.

 « Les cockpits constituent un formidable modèle pour étudier l’impact de la hiérarchie sur la prise de risque. C’est un petit espace fermé très hiérarchisé », explique le Dr Eve Fabre. « Par ailleurs, on estime que l’erreur humaine est en cause dans environ 70 % des accidents de l’aviation commerciale ». « Différents rapports d’accidents aériens ont révélé que des problèmes hiérarchiques au sein du personnel naviguant avaient pu compromettre la sécurité », ajoute-t-elle. L’accident en 1999 du vol cargo 8509 de la Korean Air en est un exemple frappant. Il s’est produit, car le copilote n’a pas osé remettre en cause les décisions du pilote, et cela, alors même qu’il savait que ses instruments de vol n’affichaient pas les mêmes données que les siennes. L’incident a été attribué à la culture autocratique de la Korean Air à l’intérieur du cockpit. « D’une part, les pilotes peu expérimentés ont moins tendance à remettre en cause les actions et les ordres de pilotes plus expérimentés qu’eux », analyse le Dr Eve Fabre. « D’autre part, les pilotes plus expérimentés sont peut-être moins disposés à accepter d’être remis en cause par des pilotes qui le sont moins ».

 Étudier la prise de décision en situation à risque grâce à la neuroergonomie

 Pour réaliser son étude, la chercheuse utilise des méthodes issues de la neuroergonomie, un domaine scientifique émergent qui applique les neurosciences à l’ergonomie. Le Dr Eve Fabre veut récolter de nouvelles données en observant l’activité cérébrale des pilotes dans le cockpit, au moyen d’un électroencéphalogramme (EEG), ainsi qu’en leur soumettant différents questionnaires. Les résultats de ses recherches contribueront à développer des tests innovants pour mesurer la sensibilité des élèves pilotes à la hiérarchie. « Ces tests pourraient être utilisés lors du processus de sélection, et surtout dans de nouveaux programmes de formation qui réduiraient la prise de risque liée à la hiérarchie », précise le Dr Eve Fabre.

 Technologiquement parlant, les avions sont de plus en plus sûrs. Les catastrophes aériennes ont souvent pour origine l’erreur humaine, plutôt que la défaillance mécanique. Lorsqu’il s’agit de « facteurs humains », terme de plus en plus utilisé dans le domaine de l’aviation, trouver des solutions s’avèreparticulièrement complexe. En cherchant à combler les lacunes en ce qui concerne l’impact de la hiérarchie sur la prise de risque dans un cockpit, l’objectif du Dr Eve Fabre est de contribuer à accroître la sécurité aérienne, mais pas uniquement. Les résultats de ses recherches constituent un point de départ pour étudier l’impact de la hiérarchie sur la prise de risque dans d’autres domaines stratégiques, tels que le management, l’économie ou encore la finance.