Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Environnement

Compréhension synergétique des meilleures façons d’améliorer la qualité de l’air dans les systèmes de transport ferroviaire souterrain

Fulvio amato

Nationality Italian

Year of selection 2013

Institution CSIC-Natural Resources

Country Spain

Risk Environnement

Post-Doctoral Fellowship

4 years

120000 €

Comme un air de métro

Comme 100 millions de personnes à travers le monde, il est possible que vous ayez pris le métro pour aller travailler ce matin. Il y a même fort à parier que, à l’instar de l’air de la ville en surface, l’air que vous avez respiré pendant votre trajet était pollué. Cette pollution est faite d’écailles métalliques minuscules dues à l’usure des mécanismes du train contre les rails et à la friction des freins sur les roues. Ces particules de métal, des dizaines de fois plus petites que le diamètre d’un cheveu, pénètrent nos poumons et peuvent ainsi provoquer des maladies respiratoires et cardiovasculaires. Dans certains métros, leur niveau peut même excéder la limite recommandée par l’Organisation Mondiale de la Santé pour l’air en extérieur, mais les travaux de recherche sur ce problème sont aujourd’hui rares et incomplets. Le chercheur Fulvio Amato mène une étude réunissant de nombreuses données de natures différentes, dont les niveaux des différents types de particules, leur forme, leur composition chimique et leurs effets sur le corps humain.
Le sujet d’étude de Fulvio Amato est la ville de Barcelone, où près d’un tiers de la population active se déplace en métro chaque jour. Grâce à un contrôle continu de la pollution de l’air sur les quais et dans les tunnels, il a pu identifier le rôle joué par différentes sources de particules métalliques et ainsi établir des recommandations pour les réduire. D’après ses résultats, la ventilation des tunnels et la conception des stations sont les deux principaux facteurs qui jouent sur la qualité de l’air dans le métro barcelonais. Dans les stations où des portes palières séparent le quai des rails, il a par exemple constaté que les passagers étaient seulement exposés à la moitié des particules polluantes par rapport aux autres stations. En fournissant de tels conseils concrets aux décideurs en matière de transports urbains, le travail du chercheur aidera à réduire les risques sanitaires graves liés à la respiration d’air pollué pour les centaines de millions d’usagers du métro à travers le monde.

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com

Ce que vous devriez savoir sur la qualité de l’air

Sur le seul continent européen, plus de 60 villes sont équipées d’un métro, et plus de 120 millions de personnes utilisent au quotidien ce moyen de transport. Chaque jour, il y a 4,8 millions d’usagers à Londres, 5,3 millions à Paris, 6,8 millions à Tokyo, 9,7 millions à Moscou et 10 millions à Pékin. > Lire la suite de l'article