Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Environnement

Effets du changement climatique sur la dynamique des populations d’oiseaux tropicaux marins dans l’océan Pacifique

Jocelyn champagnon

Nationality French

Year of selection 2012

Institution Universidad Nacional Autónoma de México

Country Mexico

Risk Environnement

Post-Doctoral Fellowship

2 years

120000 €

Le constat amer des oiseaux de mer : El Niño, le changement climatique et leurs conséquences sur la biodiversité

Les répercussions du changement climatique ont d’ores et déjà commencé à se faire sentir, notamment avec le déclin et la disparition d’espèces. Une menace qui ne devrait pas être prête de s’arrêter, car chaque disparition engendre de nouveaux risques, en raison de la diminution de la biodiversité. Les oiseaux de mer sont particulièrement vulnérables pour plusieurs raisons, parmi lesquelles leur rôle de prédateur dans la chaîne alimentaire. Ils dépendent en effet grandement de la qualité et de l’abondance de leurs proies, qui sont à leur tour directement influencées par les cycles climatiques océaniques. Trouver comment prédire ces interactions à niveaux multiples et à différentes échelles de temps est la mission complexe qu’a relevée Jocelyn Champagnon dans l’océan Pacifique tropical. Cette région subit d’année en année des variations climatiques de l’oscillation australe d’El Niño, marquées par des périodes où les températures de surface de la mer sont anormalement hautes et anormalement basses ainsi que des changements de pression atmosphérique à la surface. En partant de données recueillies sur le long terme sur des espèces d’oiseaux de mer dans trois lieux différents, le chercheur a pu identifier les différentes façons dont les cycles océaniques influencent les populations.
Jocelyn Champagnon travaille à l’élaboration de modèles démographiques pour différentes populations d’oiseaux et entend les superposer aux prévisions climatiques. Une hausse des températures de la surface de la mer aurait en effet une influence sur El Niño et sur son lieu d’apparition. Par exemple, dans la partie orientale de la région étudiée, ce cycle peut provoquer des hausses anormales de la température de l’eau. Le chercheur a découvert que ce phénomène réduisait la quantité de nourriture disponible pour les oiseaux, en l’occurrence deux espèces de fous de Bassan, faisant chuter le taux de survie de leurs jeunes. En parallèle, le fou de Grant, trouvé dans les îles Galapagos, est aussi affecté par un cycle océanique similaire, mais qui dure des décennies.

© David Anderson

Ce cycle affecte directement la répartition des poissons qu’ils consomment, mais c’est cette fois la survie des adultes qui se voit menacée, reflétant peut-être les dangers liés à leur reproduction. En effet, lorsqu’un cycle peut atteindre 40 ans, les oiseaux sont forcés de se reproduire, même dans des conditions sous-optimales. A partir de ces observations, Jocelyn Champagnon établit des projections allant jusqu’en 2100. Les conclusions du chercheur présenteront des informations cruciales sur des risques d’extinction d’espèces vertébrées. Elles joueront un rôle important dans des décisions politiques sur le climat, à une époque où nous cherchons à préserver les écosystèmes les plus fragiles de la planète.

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com

The survival of sea birds affected by ocean cycles

The research that shows for the first time that long cycles (spanning several decades) directly affect the survival of birds.

Read more