Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Socio-Economie

Droit accordés aux minorités : quel impact sur la paix et la stabilité des environnements post-conflits?

Lesley-Ann daniels

Nationality British

Year of selection 2016

Institution Institut Barcelona d'Estudis Internacionals

Country Spain

Risk Socio-Economie

Post-Doctoral Fellowship

2 years

130000 €

A l’heure actuelle, la majorité des accords de paix échouent au bout de 5 ans. Qu’est-ce qui met en péril cette paix pourtant établie ? Les accords de paix octroient souvent des droits aux minorités afin de désamorcer les injustices . Étant donné la montée des extrémismes idéologiques, l’octroi de tels droits à des groupes susceptibles de se tourner à nouveau vers la violence pose des questions d’une extrême pertinence. Ayant observé le peu d’intérêt suscité par cette question, le Dr Lesley-Ann Daniels vise à examiner la manière dont les droits des minorités peuvent affecter la stabilité de la paix. Son objectif est d’apporter un éclairage sur la manière de concevoir des accords de paix qui puissent être appliqués avec succès en fonction des circonstances et éviter que les pays ne retombent dans la violence.

Les revendications liées à l’identité sont une composante essentielle de la plupart des conflits contemporains, y compris du terrorisme. « L’utilisation des marqueurs identitaires pour alimenter la mobilisation et faire naître les conflits est un mécanisme parfaitement connu. Cependant, nous manquons de recul par rapport à la résurgence d’une telle mobilisation à la fin d’un conflit, tout particulièrement si les revendications identitaires ont été, au moins partiellement, satisfaites », observe le Dr Lesley-Ann Daniels. Est-ce que le fait de céder aux revendications identitaires aurait un effet pervers sur les environnements post-conflit ? Est-ce que l’octroi de tels droits à des groupes susceptibles de se tourner à nouveau vers la violence pourrait compromettre la paix à la suite d’un conflit ? Est-ce que l’accès à de nouveaux droits, et les changements d’équilibre des pouvoirs, peuvent servir à alimenter d’autres vagues de violence ?

Mettre en lumière la manière dont la satisfaction des revendications identitaires ont une incidence sur la paix et la stabilité à long terme

Pour répondre à ces questions cruciales, le Dr Lesley-Ann Daniels examinera tout d’abord l’issue de nombreux règlements de paix passés. « Cette première étape me donnera un aperçu des relations qui peuvent être établies entre l’octroi de droits aux minorités et l’efficacité à long terme des traités de paix », explique-t-elle. L’étape suivante consistera à examiner en détails les trajectoires post-règlement de deux conflits spécifiques, mais comparables, qui se sont déroulés dans la province d’Aceh en Indonésie et dans la région de Mindanao aux Philippines. Ces deux cas ont été sélectionnés en raison de leurs similarités – la motivation initiale du conflit était d’acquérir plus d’autonomie ; les règlements de paix incluaient des dispositions pour les minorités –, et des issues divergentes sur le long terme. En étudiant ces deux cas comparables, le Dr Daniels espère comprendre pourquoi en Indonésie, la situation est stabilisée, alors qu’aux Philippines, un groupe dissident tente de poursuivre les actions violentes. D’une part, le Dr Lesley-Ann Daniels examinera comment l’octroi de droits aux minorités a affecté la prise de décision des élites. D’autre part, elle réalisera des enquêtes pour savoir comment la population a réagi à l’octroi de nouveaux droits et si les messages de mobilisation continuent de rencontrer un certain écho.

Jusqu’aujourd’hui, la recherche s’est très peu intéressée à l’incidence des droits des minorités sur la résolution des conflits. En étudiant cette question, le Dr Lesley-Ann Daniels a pour objectif de fournir des indices, plus que nécessaires, sur la manière de gérer les conflits et la violence découlant des revendications identitaires idéologiques. « L’idéologie peut revêtir une force incroyable. Mes recherches sont motivées par le besoin d’en savoir davantage sur ce phénomène et sur la manière de le traiter », conclut-elle. Son objectif est en définitive de mieux appréhender les circonstances où l’octroi de droits aux minorités contribue à la transformation positive ou négative des environnements post-conflit.