Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Environnement

Phytoremédiation des eaux pluviales et souterraines sur les sites contaminés par des métaux (Cu, As, Cr) et des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) en marais artificiels

Lilian marchand

Nationality French

Year of selection 2009

Institution Université Bordeaux 1

Country France

Risk Environnement

Ph.D

3 years

120000 €

Du vert au bleu : purifier l'eau gràce aux plantes

En raison de leur valeur curative, les plantes sont appréciées comme de puissants médicaments. Mais savez-vous qu’elles peuvent aussi purifier l’eau ? Lilian Marchand s’apprête à ajouter à la réputation flatteuse de la flore grâce à ses travaux sur la phytoremédiation, c’est-à-dire l’épuration des eaux souterraines utilisant des plantes et les microorganismes associés. En pompant les eaux polluées pour alimenter des zones humides artificielles composées de végétaux adéquats, Lilian Marchand cherche à éliminer des traces significatives de polluants du sol à l’aide des racines et des microorganismes qui s’y trouvent. Pour ce faire, il effectue des expériences sur un large éventail de plantes afin d’identifier les meilleures candidates à la dépollution, en fonction de leur mode de fonctionnement et de leur réponse physiologique. Dans le cadre des lois européennes relatives au traitement des eaux usées, cette méthode rentable et esthétique semble assurément prometteuse.
Les principaux polluants qui affectent les eaux en contact avec les sols contaminés sont les métaux et métalloïdes. En milieu terrestre, les installations de phytoremédiation peuvent intercepter les polluants de surface dans un système de racines, et réduire la percolation par évaporation. Pour les eaux contaminées, une solution consiste à pomper l’eau et à la traiter dans des zones humides artificielles. Cette option est fondée sur la phytoremédiation, c’est-à-dire la capacité à décontaminer les sols et les eaux par les plantes et les micro-organismes associés. Il s’agit d’une méthode efficace, économique et respectueuse de l’environnement. Ce doctorat vise à identifier la végétation adaptée à la phytoremédiation en zones humides artificielles et décrit son fonctionnement ainsi que sa réponse physiologique.

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com