Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Santé

Biologie des organismes immortels et résistants

Miroslav radman

Nationality Croatian

Year of selection 2011

Institution Genetics and Development Institute (Inserm)

Country France

Risk Santé

AXA Projects

3 years

300000 €

L’immortalité est à la prochaine étape

Les humains peuvent s’adapter à leur environnement, mais comparés à d’autres espèces, nous ne sommes pas si flexibles. Si nous ne pouvons pas vivre à une température de 80 °C, ni passer plus de quatre jours sans eau, certains organismes peuvent en revanche vivre dans de l’eau bouillante, croître sous fortes radiations ou se passer d’eau pendant 10 ans. Nous savons que ces espèces résistent bien mieux aux contraintes de survie que nous, mais la raison en est encore inconnue. Professeur Miroslav Radman, axe sa recherche sur des organismes extrêmement résistants, afin de comprendre comment ils évitent que leurs mécanismes biologiques ne s’arrêtent.
Son objectif est de mieux comprendre comment le vieillissement, autrement dit la résistance au passage du temps, s’effectue au niveau moléculaire. En effet, notre corps est fait d’organes, et les organes sont faits de cellules. Ainsi, quand les cellules vieillissent, les organes et les organismes vieillissent aussi.
Le vieillissement est une détérioration fonctionnelle principalement due à la corrosion de biomolécules par les radicaux oxygénés libres. Ces radicaux sont générés lorsque notre corps produit de l’énergie ; c’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous avons besoin de respirer. Impossible, donc, de passer outre ces radicaux. Ils peuvent aussi se retrouver dans la pollution de l’air, la nourriture, l’eau ou les médicaments. Heureusement, nos cellules disposent de systèmes de protection, de réparation et de nettoyage qui permettent de contrer les dommages moléculaires. Véritables chirurgiennes à l’échelle cellulaire, des protéines spéciales réparent les dommages de l’ADN et remplacent les protéines endommagées. Miroslav Radman souligne que le vieillissement a lieu lorsque ces protéines protectrices elles-mêmes se trouvent endommagées elles ne peuvent dès lors plus réparer les dommages qui s’accumulent, le corps entier vieillit et finit par mourir.
Fasciné par les espèces résistantes et immortelles, Miroslav Radman étudie comment des cellules résistantes se protègent et se réparent elles-mêmes en cas de stress oxydant. Son approche est originale et porte ses fruits : il est aujourd’hui persuadé que tous les organismes possèdent les mêmes mécanismes chimiques du vieillissement, à savoir les dommages causés aux protéines. Cette cause du vieillissement est aussi pour lui la cause commune des maladies liées à l’âge. Nous devrions ainsi bientôt être capables de prévenir et traiter la cause même des maladies dégénératives. Miroslav Radman a percé le mystère des espèces résistantes : leurs cellules produisent un cocktail moléculaire qui protège les mécanismes cellulaires des dommages de l’oxydation. Une fois sa composition chimique connue, ce cocktail pourrait être utilisé chez les humains afin de les protéger des maladies liées au vieillissement et de le retarder. La formule de la jeunesse éternelle pourrait bien être à porté de main…

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com