Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Socio-Economie

Pour des prises de décision plus robustes, faites place à l’ambiguïté

Philipp eisenhauer

Nationality German

Year of selection 2015

Institution Universität Bonn

Country Germany

Risk Socio-Economie

Post-Doctoral Fellowship

2 years

120000 €

L'avenir est incertain et les voies qui y mènent sont plus ou moins claires avec le temps. Cependant, les individus comme les décideurs politiques doivent prendre des décisions quant à quelle voie emprunter. Le docteur en économie Philipp Eisenhauer cherche à comprendre comment rendre plus fiable l'organisation en situation d'ambiguïté. Les modèles économiques traditionnels parviennent à estimer les résultats de décisions en utilisant des probabilités connues à des éléments liés à des risques. Il est cependant important de distinguer risque et incertitude, et des probabilités ne peuvent pas être établies pour toutes les issues possibles liées au hasard. Nous prenons à vrai dire des décisions dans des situations ambiguës en permanence ; ajouter ce paramètre aux analyses économiques pourrait les optimiser, par exemple en permettant de mieux expliquer des phénomènes économiques et en optimisant les politiques gouvernementales, explique le docteur Eisenhauer.
En observant les choix en matière d'éducation et leurs conséquences sur l'avenir des populations une fois sur le marché du travail, il développe des modèles microéconomiques qui comprennent la notion manquante d'ambiguïté. Toutes les recherches existantes sur les moteurs de décisions relatives à l'éducation ont en effet pris en compte la notion de risque, mais pas celle d'incertitude. Cependant, les parcours scolaires et professionnels des individus comportent une part de hasard, qu’on pourrait comparer à ce qu’on considère comme de la chance sur le marché du travail. En ne prenant pas en compte l'ambiguïté, les modèles traditionnels supposent que toute prise de décision se fait en pouvant connaître la probabilité d'apparition de chaque issue possible de cet élément incertain : la chance. Pour que cela soit vrai, il faudrait que l'environnement économique reste stable, ce qui est peu vraisemblable, indique le docteur Eisenhauer, ne serait-ce que parce que les avancées technologiques modifient cet environnement et la place de chacun sur le marché.
Lorsque les modèles standards sont appliqués à des bases de données réelles qui suivent les études et expériences professionnelles de la population, ceux-ci peinent également à expliquer le nombre important d'abandons de scolarité ou d'études. Pour analyser ce décalage, ils ont alors recours à un élément appelé « coûts psychiques », lié à l'effort de prise de décision. « D'après ces modèles, le coût psychique semble être prédominant dans la prise de décision, plus qu'il ne le devrait, explique le docteur Eisenhauer. Il s'agit en fait juste d'un résidu inexpliqué du modèle qui constitue une explication non-satisfaisante car il ne donne aucune interprétation claire sur comment nous pouvons remédier à ce problème grâce à des mesures politiques. » A travers sa recherche, il souhaite fournir des explications plus plausibles et porteuses de sens pouvant déboucher sur des applications réelles.
Il a développé un modèle d'analyse de phénomènes économiques permettant aux agents de prises de décision de faire face à des situations ambiguës. Etant confrontés à des choix binaires, comme aller à l'université ou non, aller jusqu'à la fin de son cursus ou abandonner ses études, les agents de ce modèle évaluent la probabilité d'une série d'issues possibles et incertaines et tentent de maximiser la pire des issues possibles. Lorsque le chercheur met en relation les données sur les décisions liées aux études à ce nouveau modèle, ceux-ci correspondent davantage : il réduit effectivement le décalage qui était jusqu'ici uniquement et incomplètement expliqué par les coûts psychiques.
Dans la suite de ses recherches, l'économiste va développer ce modèle qui prend en compte l'ambiguïté afin d'analyser des comportements plus complexes chez les agents étudiés. Son objectif est de mieux décrire les processus de prise de décision, ce qui peut aider à repenser des mesures politiques existantes et à élaborer de nouvelles interventions pouvant s'avérer plus efficaces dès le départ. L'ambiguïté autour des retombées possibles sur le marché du travail lorsque l'on prend des décisions liées à ses études pourrait par exemple jouer un rôle significatif dans la prise de décision de chacun. « Si elle s'avère être un facteur important lorsque l'on fait des choix sur ses études, cela justifie une réévaluation des politiques actuelles concernant les frais de scolarité et une nouvelle élaboration de politiques optimales, » conclut le docteur Eisenhauer. Nous vivons dans un monde d'incertitudes, mais ces approches novatrices pourraient nous aider à en affronter et surmonter les ambiguïtés, et à prendre les meilleures décisions possibles à partir des informations dont nous disposons.

Titre scientifique : Choix distincts, dynamiques et solides

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com