Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Environnement

Observer la pollution atmosphérique pour mieux prédire les moussons

Riccardo biondi

Nationality Italian

Year of selection 2015

Institution NRC - Institute for Atmospheric Science and Climate

Country Italy

Risk Environnement

Post-Doctoral Fellowship

2 years

120000 €

Les pluies diluviennes des moussons d'été en Asie jouent un rôle crucial pour de très nombreuses personnes. Pouvoir les prédire précisément leur serait également précieux. En effet, des prévisions fiables sur les endroits exacts où la pluie va tomber, à partir de quand et combien de temps elle va durer faciliteraient les conditions de vie d’un milliard de personnes qui dépendent de cette source d'eau vitale et des écosystèmes qu'elle entretient. C'est cependant une tâche difficile, même pour les modèles climatiques les plus pointus, probablement car ils oublient un élément. Des recherches récentes ont effectivement révélées que les aérosols, en partie issus de la pollution atmosphérique, pourraient avoir une influence sur la saison des moussons. Le docteur Riccardo Biondi cherche à mettre cette hypothèse à l'épreuve pour savoir si les effets des aérosols peuvent être prédits. Si tel est le cas, cet important paramètre pourrait être ajouté aux modèles climatiques actuels et ainsi améliorer leur capacité de prédiction des moussons.

Le docteur Biondi utilisera comme laboratoire l'atmosphère de la région des moussons d’Inde. Comme dans d'autres pays en développement, le niveau de pollution atmosphérique en Inde est actuellement en hausse et lors de certaines périodes, le vent y transporte de la poussière du désert, qui fait augmenter les niveaux d'aérosols. Ces minuscules particules de poussière et de carbone sont en suspension dans l'atmosphère, où elles interagissent avec les radiations solaires et terrestres et provoquent un réchauffement ou un refroidissement de l'air environnant. L'ensemble de ces aérosols pourrait altérer les mouvements de chaleur dans l'atmosphère, générant des pluies plus intenses sur certaines parties de l'Inde et des sécheresses sur d'autres. Le docteur Biondi entend tout d'abord confirmer cet effet prédit par les modèles en analysant des mesures atmosphériques concrètes. Il associera ensuite ces observations à des modèles climatiques en suivant une approche novatrice afin de déceler des schémas récurrents dans la relation entre les aérosols et les moussons.

Si les aérosols ont effectivement une influence sur la distribution des précipitations de la région, et ce de façon prévisible, ceux-ci devront être intégrés aux modèles climatiques existants. Cela permettra au docteur Biondi d'atteindre son objectif final : optimiser les prévisions de mousson, voire développer des systèmes d'alerte rapide. En effet, le chercheur estime que certaines régions indiennes devraient connaître de plus en plus de sécheresses et d'autres de plus en plus d'inondations en raison de la hausse des niveaux d'aérosols à venir. Savoir où et quand la mousson va avoir lieu est d'une importance majeure pour les populations locales, dont les moyens de subsistance sont déterminés par celle-ci. Le travail du docteur Biondi sera également utile à des régions agricoles ailleurs qu'en Inde, toutes aussi vulnérables face à la mousson et dépendantes de celle-ci.

Titre scientifique : Augmenter la prédictibilité des moussons : le rôle des aérosols dans la troposphère (EMPATHIA)

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com