Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Santé

Quand les épidémies sont de saison : prédiction des périodes à haut risque pour la transmission de maladies

Romain garnier

Nationality French

Year of selection 2015

Institution University of Cambridge

Country United Kingdom

Risk Santé

Post-Doctoral Fellowship

2 years

120000 €

Nous en savons bien plus aujourd'hui sur Ebola que lors de la première apparition de l'épidémie en Afrique de l'Ouest, en 2014. Nous ne savons cependant toujours pas prédire quand et où le virus va se déclarer, un élément critique dans les cas de zoonoses, c'est-à-dire les transmissions de maladies entre animaux et êtres humains. Le docteur Romain Garnier se rend actuellement au Ghana afin d'étudier le mammifère qui porte le plus de maladies transmissibles à l'humain : la chauve-souris. En observant les variations du système immunitaire des chauves-souris dans la durée, il espère découvrir des informations importantes sur la circulation du virus dans la population. Cela pourrait lui permettre d'identifier des tendances saisonnières : le virus serait plus présent lorsque les chauves-souris sont moins aptes à se défendre contre les pathogènes, et les risques de transmission aux humains seraient alors plus accrus.

Bien que les éléments de base du système immunitaire des chauves-souris ressemblent à celui des autres mammifères, celui-ci est aujourd'hui encore mal connu. Le docteur Garnier mène ses expériences et observations sur une population captive de roussettes paillées africaines, connues pour être porteuses de l'henipavirus. C'est pour lui une opportunité unique de suivre les mêmes individus dans la durée et de tester leurs réponses immunitaires, et plus particulièrement leur production d'anticorps, de façon hebdomadaire. Nous savons déjà que les niveaux d’anticorps des femelles changent après qu’elles aient mis bas : ils déclinent, remontent et chutent à nouveau. Son premier objectif est d’expliquer ce processus et de suivre son impact sur la transmission du virus. Ces fluctuations pourraient indiquer que les mères sont réinfectées par l'henipavirus ou que le virus est capable de rester dormant chez les chauves-souris jusqu’à sa réactivation.

Le docteur Garnier souhaite ensuite se pencher sur le rôle crucial des mères dans la transmission des anticorps à leurs nouveaux nés, comme c’est le cas chez tous les mammifères. « Cela pourrait éviter l’infection aux nouveaux nés et avoir une influence sur les périodes durant lesquelles le virus circule le plus, et donc celles qui sont le plus à risques pour les êtres humains, » explique le chercheur. Il compte étudier cette transmission en portant une attention toute particulière à un phénomène appelé l’allotétée, où le jeune est nourri par plusieurs mères. Ce phénomène pourrait altérer les dynamiques de transfert et d’infection. Pour déterminer si une telle altération a lieu au sein de la colonie de roussettes, le docteur Garnier entend employer une approche innovante pour suivre ses effets : en vaccinant les femelles, il pourra stimuler leur production d’anticorps et ainsi observer comment ceux-ci sont transmis aux jeunes.

L’objectif final de la recherche du docteur Garnier est d’élaborer des modèles mathématiques à partir de l’ensemble de ces données afin de prédire à quelle période de l’année le risque de transmission de l'henipavirus aux humains est accru. S’il parvient à identifier une saison à risques, des chercheurs pourraient alors vérifier si le virus est présent dans la nature. Les modèles sont des outils extrêmement importants pour les épidémiologistes et le docteur Garnier estime que le sien pourra être modifié pour s’adapter à d’autres zoonoses hautement dangereuses pour la santé publique. Réagir au plus vite en cas d’épidémie est crucial, et si les prédictions du chercheur indiquent une saison durant laquelle les risques sont accrus, les équipes d’intervention rapide pourraient se préparer en avance et les populations être mieux protégées face aux prochaines épidémies.

Titre scientifique : Dynamiques des anticorps contre les infections zoonotiques chez les roussettes paillées africaines

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com