Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Socio-Economie

Traitements du VIH et risques sociaux : des femmes de Tanzanie racontent leur histoire

Sophie harman

Nationality British

Year of selection 2015

Institution Queen Mary University of London

Country United Kingdom

Risk Socio-Economie

AXA Outlooks

2 years

250000 €

Près de 25 millions de personnes en Afrique Subsaharienne vivent avec le VIH/sida. Malgré l’accès fréquent à des traitements et soins gratuits, seul un tiers de la population éligible en fait usage. Le docteur Sophie Harman souhaite comprendre pourquoi à travers ses recherches. Elle estime que les risques sociaux quotidiens associés à l’accès aux soins sont un facteur clé trop peu étudié pouvant avoir une influence sur ce phénomène. En effet, si la communauté scientifique s’est intéressée à des facteurs de risques liés à des comportements spécifiques, au prix des traitements ou au droit des brevets, personne ne s’est penché sur les impacts sociaux liés à l’accès aux soins sur le quotidien des individus. Ceux-ci peuvent être en lien avec des questions de logistique, d’approvisionnement, de stigmatisation, d’infrastructures et de politiques locales. Le docteur Harman compte aborder la question de façon innovante, à travers des interviews de parties prenantes et du storytelling. Elle compte en effet produire un film, un roman graphique et un livre permettant aux personnes atteintes du VIH/sida de partager leur propre expérience sur les difficultés et risques qu’elles rencontrent chaque jour et véhiculer de nouvelles idées sur les risques sociaux liés à la santé publique.

A travers son projet, elle veut créer un long métrage sans acteurs professionnels : les actrices seront des Tanzaniennes vivant dans des zones rurales et étant confrontées à cette maladie dans la vraie vie. « Le storytelling axé sur les individus plutôt que les institutions ou les idées s’est montré efficace lors des campagnes de communication des politiques sur le VIH/sida, » explique la chercheuse. Cela implique également que les personnes-mêmes qui seront étudiées lors de sa recherche seront impliquées dans sa réalisation et dans la production de résultats. Guidés par les questions ouvertes des cinéastes, les participants prendront à parti les spectateurs pour leur montrer leurs activités quotidiennes et les risques sociaux auxquels ils font face dans leur accès aux soins. « Tandis que ce film montre comment le quotidien reflète les politiques internationales sur la maladie, il reste avant tout un film sur les gens, sur les connexions humaines, la confiance, l’amour et les difficultés courantes des gens ordinaires, » explique le docteur Harman.

Ce film, ainsi que le roman graphique et le livre que compte réaliser la chercheuse, constituent des outils innovants permettant de sensibiliser le grand public à cette question sanitaire complexe et d’informer les décideurs en vue d’un changement politique. Ils seront diffusés auprès d’institutions sanitaires internationales et distribués dans des écoles, universités, à des praticiens de santé, des ONG et des décideurs politiques à travers le monde. Les groupes visés sont aussi divers que les méthodes sont interdisciplinaires, ce qui garantit qu’un large spectre de connaissances et d’expériences soient couverts par la recherche du docteur Harman. Grâce à une meilleure compréhension des interactions entre science et société et de leur impact sur les initiatives de prévention des risques liés au VIH/sida, le docteur Harman souhaite aider à faire évoluer au mieux la prise en charge de cette maladie à travers le monde.

Titre scientifique : Les risques quotidiens liés à la prise en charge du sida

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com