Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Environnement

Les tempêtes de vent avec stingjet dans les climats actuel et futur

Suzanne gray

Nationality British

Year of selection 2011

Institution University of Reading

Country United Kingdom

Risk Environnement

AXA Projects

3 years

340000 €

Tempêtes : une vraie recherche "de pointe"

Vous rappelez-vous les vents dévastateurs de la grande tempête d’octobre 1987, qui a parcouru les côtes européennes en laissant derrière elle des arbres déracinés, des maisons endommagées et plusieurs victimes ? Cet événement a tué plus de cinquante personnes rien qu’en France, privant d’électricité un million de foyers dans l’ouest du pays. Or, il s’agit de la première tempête dans laquelle les experts ont formellement identifié un jet de basses couches.

Les vents violents soufflent en général dans les zones chaudes proches des cyclones. Certains cyclones – pas tous – présentent une autre région localisée, caractérisée par des fortes rafales qui durent peu mais à l’effet dévastateur. Cette région est proche de la pointe du crochet caractéristique formé par la bande nuageuse spiralée qui s’enroule autour du cyclone, si bien que les anglophones comparent ce courant-jet de basses couches à un dard, d’où le terme « sting jet ». Suzanne Gray et le professeur Peter Clark, deux météorologues de renom travaillant respectivement à l’Université de Reading et à l’Université de Surrey, ont récemment élaboré une méthode diagnostique innovante pour détecter les conditions annonçant un courant-jet de basses couches dans les jeux de données à basse résolution.
En effet, malgré leurs lourdes conséquences socioéconomiques, ces courants-jets demeurent largement inconnus : peu d’entre eux ont été analysés, et la dernière génération de modèles climatiques à haute résolution peut représenter les caractéristiques macroscopiques des tempêtes, mais pas les courants-jets de basses couches à proprement parler. Ces chercheurs souhaitent étudier si les propriétés, voire la présence des courants-jets de basses couches dépendent de petites modifications des conditions environnementales, et déterminer la variabilité et la prévisibilité de ces phénomènes en faisant appel au modèle de prévision météorologique du Met Office ainsi qu’à des données générées par des simulations climatiques de pointe.
Ensuite, Suzanne Gray et Peter Clark établiront leur fréquence et leurs trajectoires préférentielles dans le climat actuel et dans les climats envisageables demain. Enfin, les chercheurs détermineront la distribution probable des forces des courants-jets de basses couches dans ces climats. Le réchauffement climatique pourrait aggraver les ravages provoqués par les grandes tempêtes de vent et les courants-jets de basses couches qui les accompagnent, et alourdir le coût pour la société. Mieux connaître les tempêtes à jets de basses couches dans les climats actuel et futur profitera à un large éventail d’acteurs, qu’ils soient issus du secteur du bâtiment ou responsables de la gestion des forêts.

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com