Bannière Cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Santé

Caractérisation des mécanismes sous-jacents du vieillissement et du cancer

Thomas helleday

Nationality Swedish

Year of selection 2012

Institution Karolinska Institutet

Country Sweden

Risk Santé

AXA Projects

3 years

381000 €

Combattre le cancer à la racine

Une grande partie de la population est directement concernée par le cancer, et ce n'est pas près de changer : on s'attend à voir le nombre de nouveaux cas grimper de 14 millions en 2012 à 22 millions dans les 20 prochaines années. Dans l'espoir de ralentir cette tendance, il est nécessaire de mieux comprendre comment le cancer se développe à l'origine.
Il existe différents types de cancer très variés, il est donc difficile d'identifier un facteur déclencheur spécifique de la maladie. La plupart des cancers ont pourtant quelque chose en commun : l'instabilité génomique. Cela signifie que, pour plusieurs raisons possibles, l'ADN des cellules cancéreuses a subi un taux élevé de mutations ou d'altérations de son code génétique. Pour le professeur Thomas Helleday, comprendre les causes de cette instabilité dans les gènes permettra de mettre en lumière la façon dont le cancer se forme et de fournir de nouvelles cibles thérapeutiques.
Avec plus d'une centaine de mutations par jour en moyenne, il est crucial pour une cellule d'être capable de réparer ces erreurs afin de ne pas devenir cancéreuse. Lorsqu'une cellule copie son ADN avant de se diviser, les deux brins contenant le matériel génétique se délient, laissant place à un mécanisme de réplication. Si une zone endommagée est repérée dans l'ADN, ce mécanisme peut être suspendu, laissant une rupture dans les deux brins. Le laboratoire de Thomas Helleday a pu identifier le principal mécanisme de réparation impliqué dans ce cas : la recombinaison homologue (RH). Heureusement, chaque chromosome possède un partenaire porteur d'une information génétique similaire. Si l'ADN d'un chromosome est brisé, la séquence manquante peut être copiée à partir de l'autre chromosome. Le processus est connu, mais de nombreux détails restent encore à découvrir.
L'objectif de Thomas Helleday est d'identifier de nouvelles protéines impliquées dans le mécanisme de réparation RH et d'en dévoiler les rôles précis. Il compte s'appuyer sur la relation particulière qu'entretiendraient les gènes qui produisent ces protéines. Il existe une interaction entre deux gènes où si un seul contient une mutation, la cellule peut survivre, mais si les deux gènes sont mutés, la cellule meurt. Identifier ce type de relation permet de mettre en évidence la façon dont un gène peut voir son rôle supporté par un autre gène, révélant ainsi les fonctions de chaque protéine produite par les gènes en question. La démonstration du fonctionnement normal de la recombinaison homologue dans la réparation des dégâts causés à l'ADN devrait fournir des informations capitales sur les origines du cancer.

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com