Environnement

Pour une meilleure résilience face au risque sismique dans la région du Sud-Ouest de la Chine

Xuhua shi

Nationality Chinese

Year of selection 2017

Institution Earth Observatory of Singapore

Country Singapore

Risk Environnement

Post-Doctoral Fellowship

2 years

130000 €

L’urbanisation et la croissance démographique galopantes exposent de plus en plus les populations sur le plan sismique. Au Sud-Ouest de la Chine, le long de la faille fortement active de Xiao Jiang, la croissance économique rapide attise le développement de grands projets d’infrastructures et une urbanisation massive, exposant des millions de personnes à de risques élevés. À travers l’histoire de l’humanité, de nombreux tremblements de terre destructeurs ont frappé la région, dont quatre d’une magnitude de plus de 7 sur l’échelle de Richter. Le plus important, de magnitude 8, survint en 1833 dans le district de Songming et entraîna le décès de plusieurs milliers de personnes. Conscient des sérieuses lacunes sur la géologie et l’activité sismique de cette région, le Dr Xuhua Shi de l’Observatoire terrestre de Singapour, entend proposer aux décideurs des connaissances détaillées sur les caractéristiques et le comportement sismique de la faille de Xiao Jiang afin d’accroître la résilience dans le futur.

 « La faille de Xiao Jiang est l’une de celles qui se déplace le plus rapidement en Chine », remarque le Dr Xuhua Shi. « Mais nous savons très peu de choses à propos de cette faille. Par exemple, il existe un débat sur la fréquence des tremblements de terre dans cette région. Certains estiment que l’intervalle moyen entre deux tremblements de terre majeurs est d’environ 2 000 ans ou plus. D’autres mettent le curseur entre 300 et 500 ans ». Avec plus 10 millions de personnes vivant aux alentours de la faille de de Xiao Jiang et d’importants projets de constructions (barrages hydroélectriques, oléoducs et gazoducs), il devient urgent de fournir des réponses à de telles questions. « Les précédentes études ne sont pas parvenues à effectuer des tracés précis de la faille active, car la technologie nécessaire n’était pas disponible à l’époque », explique le Dr Xuhua Shi. « Aujourd’hui, nous disposons de tous les moyens pour localiser précisément cette faille. »

 Explorer le passé pour mieux se préparer à l’avenir

 La première étape du projet du Dr Xuhua Shi est d’utiliser les technologies les plus avancées pour cartographier avec précision cette faille de 350 km de long et obtenir un relevé haute définition. « J’envisage ensuite de me servir de ces cartes et des modèles numériques de terrain pour déterminer la variabilité spatiale des glissements cosismiques lors des anciens tremblements de terre le long de cette faille », précise-t-il. « Cela nous permettra de mieux comprendre le comportement de la faille en cas de séisme, de savoir si ces tremblements de terre varient de l’un à l’autre, ou si le modèle reste sensiblement le même. » Une fois cette première étape réalisée, le Dr Xuhua Shi et son équipe seront capables d’identifier les principaux sites sur lesquels mener les études de terrain. À l’aide de la datation des sédiments par le carbone 14, le second objectif sera d’étudier les caractéristiques récurrentes et les comportements des ruptures sismiques des grands séismes antérieurs.

Atténuer les répercussions des futurs séismes le long de la faille de Xiao Jiang constitue un enjeu majeur. De par sa position géographique, dans une région montagneuse aux confins de la Birmanie, de la Thaïlande, du Laos et du Vietnam, cette zone est d’une importance stratégique pour le développement économique de la Chine. Par ailleurs, en raison de la combinaison de terrains escarpés et de populations denses, il est urgent de faire appel à des techniques modernes d’évaluation du risque sismique. En fournissant aux décideurs des renseignements solides pour évaluer le risque sismique dans le Sud-Ouest de la Chine, le projet du Dr Xuhua Shi permettra de combler de graves lacunes et de renforcer grandement la résilience.