Luigi GUISO

Nationalité Italian
Année de sélection2009
InstitutionIstituto Einaudi per l’Economia e la Finanza
PaysItalie
RisqueRisques socio-économiques

Véhicule

Chairs

Montant

1 900 000 €

Comprendre les décisions financières des ménages

Qu’est-ce qui rend les transactions possibles ? D’après le Professeur Luigi Guiso, la réponse est : la confiance.
Tout échange financier, qu’il s’agisse d’une décision d’investissement, d’octroyer un prêt, d’acheter une police d’assurance ou d’accepter un chèque pour régler un achat, constitue un échange d’argent aujourd'hui contre la promesse d’en obtenir (davantage) demain.


Sans confiance, les banques ne consentiraient pas à accorder des prêts et les consommateurs ne souscriraient pas de polices d’assurance ou n’investiraient pas dans les titres d’une société. Sans confiance, l’économie ne pourrait finalement pas fonctionner. Luigi Guiso est d’avis que les économistes ont négligé l’importance de la confiance, particulièrement dans la finance. En ramenant la confiance au centre de leur attention, ses travaux montrent que ces sentiments jouent un rôle considérable dans la façon dont les individus se fient aux marchés financiers et dans le développement de ces derniers.
La confiance est encore plus importante pour les ménages, dont les choix ne sont pas toujours faciles à comprendre du fait de leur extrême diversité. C’est pourquoi la caractérisation des préférences en termes d’aversion au risque dans un schéma d’utilité espérée peut s’avérer trop restrictive pour cerner les décisions financières des ménages. Le Professeur Guiso étudie donc de nouveaux modèles comportementaux en situation de risque et d’incertitude, capables d’intégrer une caractérisation plus fine des préférences ainsi que des dimensions supplémentaires du risque.
Aujourd'hui, les investisseurs et consommateurs individuels interagissent toujours plus avec les marchés financiers. Prennent-ils pour autant de bonnes décisions financières ? Ils n’ont pas forcément les compétences pour agir conformément aux recommandations des modèles de comportement optimal, ce qui peut engendrer des pertes importantes en termes de bien-être. Ils ne sont pas seuls sur le marché, et leur manque de sophistication financière peut être exploité par des acteurs plus chevronnés. La finance des ménages est une étude normative et positive susceptible de combler le fossé entre la façon dont ils prennent leurs décisions, et la manière dont ils devraient les prendre.
« De nos jours, la finance des ménages est un domaine à part entière, florissant et palpitant », déclare Luigi Guiso. Pour donner une idée de la pertinence de ce champ de recherche, signalons que le total des actifs et des passifs détenus par les ménages est bien supérieur à la valeur des actifs financiers des sociétés dans la plupart des pays. Ainsi, aux États-Unis – mais c’est aussi vrai dans une majorité de pays – le marché hypothécaire est aussi lourd que le marché des titres de créance des entreprises, et le marché des prêts à la consommation est aussi grand que celui des actions privées. Autant qu’on puisse considérer la taille d’un marché comme une indication de son importance, les décisions financières des ménages méritent bien notre attention.
Les résultats de ce programme de recherche seront utiles aux débats publics, notamment en matière d’éducation financière et de réglementation des intermédiaires qui offrent des produits financiers aux ménages.
Les travaux de Luigi Guiso sur les décisions financières des ménages tracent un large périmètre et sont abondamment cités. Ancien directeur du programme Finance au Center for Economic Policy (CEPR), il a contribué à favoriser la diffusion de la recherche sur la finance des ménages en Europe. Pr. Guiso travaille à l’Einaudi Institute for Economics and Finance (EIEF), nouvel institut indépendant fondé en 2008 par Banca d’Italia qui vise à produire des travaux d’envergure internationale en matière d’économie et de finance, afin de dégager des idées capables d’alimenter les débats politiques. Son objectif est de susciter l’émergence d’un environnement intellectuellement riche et très dynamique fortement orienté sur la recherche, et dont les critères de sélection reposent uniquement sur le mérite. Le Fonds AXA pour la Recherche a décidé d’appuyer cette stratégie très ambitieuse. En obtenant les moyens de gérer de précieuses ressources pour la recherche, l’EIEF a fait un pas en avant sur la scène internationale de l’excellence scientifique.
« Plusieurs aspects me semblent très estimables dans le financement du Fonds AXA pour la Recherche » reconnaît le Professeur Guiso. « Les critères de sélection reposent uniquement sur le mérite académique, et le Fonds se montre extrêmement respectueux de la liberté de recherche des bénéficiaires de ses aides, tout en s’intéressant à l’utilisation qui en est faite. Tous ces éléments sont décisifs pour le succès du financement, car ils motivent les chercheurs concernés de la bonne manière. »

Pour ajouter ou modifier une information de cette page, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : community.research@axa.com